Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Médecine du travail : état d’urgence

Publié le par chsct cgt inergy

Médecine du travail : état d’urgence

Médecine du travail : état d’urgence

Parmi les 50 mesures de simplification annoncées par le gouvernement, le 30 octobre dernier, deux concernent la médecine du travail. Elles ont été tricotées par le Conseil de la simplification composé de représentants de l’administration et de chefs d’entreprises, sans représentants des organisations syndicales et des professionnels concernés.

La première porte sur la visite médicale, dans le cadre de la médecine du travail, qui ne serait réalisée que dans 15 % des cas, selon les chiffres du gouvernement. Données contestée par les syndicats qui assurent que 70 % de ces visites seraient effectives. Partant des faibles estimations officielles, et du nombre réduit de médecins du travail, le projet prévoit de confier à des médecins généralistes la visite médicale.

Sans remettre en cause les capacités des généralistes, les syndicats rappellent que : « les médecins du travail sont les seuls à avoir une formation sur les risques professionnels » et que le code du travail : « leur confère un statut qui leur garantit indépendance et protection vis-à-vis des employeurs […] et disposent d’un accès aux postes de travail ».

Marchant sur des œufs en ce qui concerne cette mesure, le gouvernement se laisse le premier semestre 2015 pour : « mieux adapter aux besoins de prévention des salariés et de sécurisation juridique des entreprises ». Il s’agit sans doute de donner le temps aux législateurs de bétonner cette déréglementation à double tranchant.

La seconde mesure porte sur la notion d’aptitude professionnelle, notamment selon les syndicats, les reclassements que les entreprises jugent trop « autoritaires », fustigeant le rôle des médecins qui déterminent des « restrictions professionnelles dans le but… de préserver la santé des salariés ou d’adapter les postes à leur… état de santé. »

Les syndicats CGT, CFE-CGC, CFCT, FO et SNPST des services interentreprises mettent en garde le gouvernement contre l’application de ces propositions délétères et : « alertent les syndicats de salariés sur la mise en cause des droits des salariés… »

Commenter cet article