Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CGT CHSCT....24/02/2012........De plus en Plus Chaotique...

Publié le par chsct cgt inergy

La carrière des Français

de plus en plus chaotique

  

 

Plus souvent au chômage, "sous pression" et autant touchés par la pénibilité au travail que leurs aînés... Une enquête de l'Insee révèle l'instabilité croissante des carrières des salariés.

 

De plus en plus précaires, les Français. Les carrières sont toujours plus instables, entrecoupées par des périodes de chômage. Quant au stress, il est davantage ressenti par les salariés. Les conclusions d'une enquête menée auprès de plusieurs générations, et publiée ce mercredi par l'Insee et le Ministère du travail (Dares), sont sans appel sur la dégradation des conditions de travail.

 

Cette première étude rétrospective analyse les parcours professionnels de cinq classes d'âge: des personnes nées avant 1940 jusqu'à celles nées dans les années 70-80. Nos carrières sont-elles vraiment différentes de celles de nos prédécesseurs?

 

Plus précaires que nos parents

 

Les générations récentes suivent en tout cas des itinéraires professionnels moins linéaires que leurs aînés. Au travail, la mobilité progresse: les personnes nées dans les années 1960 ont connu en moyenne 4,1 emplois à l'âge de 40 ans, contre 2,7 au même âge pour celles nées avant 1940.

 

Le non-renouvellement d'un contrat ou un licenciement peut être vécu comme un manque de reconnaissance.

 

De plus en plus de salariés se retrouvent ainsi en situation "instable". Occupation de plus de trois emplois avant 35 ans et période d'inactivité deviennent la norme. Or, comme le relève l'Insee, "la continuité d'un emploi est une des composantes de la reconnaissance qu'apporte le travail, alors qu'inversement, le non-renouvellement d'un contrat ou un licenciement peutêtre vécu comme un manque de reconnaissance."

 

Les parcours professionnels alternent donc plus souvent entre chômage et emploi. Dans les générations nées entre 1960 et 1980, plus d'une personne sur deux connaît le chômage de courte ou de longue durée, contre une personne sur dix pour celles nées avant 1940, même si leurs carrières étaient plus longues. Ouvriers et employés sont plus souvent confrontés à cette rupture d'activité: chez les natifs des années 60, ils étaient 57% à avoir connu une période de chômage contre 46% pour l'ensemble des actifs.

 

Un sentiment de pénibilité accru

 

Travail de nuit, tâches répétitives, exposition à des produits nocifs ou toxiques... La perception de la pénibilité physique n'a pas reculé d'une génération à l'autre malgré le poids croissant des services et les améliorations technologiques. La modernisation des entreprises n'a pas supprimé le travail à la chaîne, ni le stress sur le lieu de travail.

 

Les courbes du ressenti de la pénibilité physique au fil de l'âge se superposent: plus fortes en début de carrière, elles décroissent régulièrement avant de se stabiliser à un même niveau. "Il est probable que la description du vécu diffère selon l'âge", précise l'Insee, sur cet aspect de l'enquête.

 

Des jeunes "sous pression"

 

Sentiment de reconnaissance en berne, tensions avec le public ou les collègues, conciliation vie privée-travail difficile, le vécu du travail "se dégrade nettement" au fil des générations. Les plus jeunes, en particulier les cadres, se déclarent davantage "sous pression". Tous postes confondus, les jeunes affirment un manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie.

 

Cette étude a été menée auprès d'un échantillon représentatif de 14.000 personnes âgées de 20 à 74 ans en 2007, dans le cadre de l'enquête "Santé et itinéraire professionnel 2006" des ministères du Travail et de la Santé.

 

Commenter cet article