Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CGT Inergy (Groupe Plastic Omnium)CHSCT..2014..Les Médecines Parallèles...

Publié le par chsct cgt inergy

  

Les médecines parallèles

Sont-elles efficaces ?

 

 

 

 

Acupuncture, ostéopathie, taï-chi… Les médecines parallèles séduisent de plus en plus de Français et se sont même doucement installées dans les hôpitaux de Paris.

 

 « Il y a une demande très importante des patients », justifie Jean-Yves Fagon, qui chapeaute le développement de la médecine complémentaire à l’AP-HP.

Devant cet engouement, la très sérieuse Académie de médecine a décidé hier de reconnaître l’utilité de quatre techniques qui contournent la médecine traditionnelle : acupuncture, hypnose, médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie) et taï-chi.

 

Une reconnaissance du bout des lèvres toutefois : « On les appelle complémentaires car elles ne sont pas à elles seules une médecine », explique le professeur de l’Académie, Daniel Bontoux, mais « elles peuvent permettre d’obtenir un petit plus par rapport aux traitements conventionnels ».

L’acupuncture. Cette discipline qui consiste à stimuler des points du corps avec des aiguilles peut aider à combattre les effets secondaires des chimiothérapies comme les nausées ou les vomissements, reconnaît l’Académie.

 

Elle a également un effet sur l’arthrose des membres inférieurs. « Les douleurs articulaires ou les problèmes digestifs peuvent être traités par l’acupuncture ou même la digitopression », assure le docteur Eric Bourbonnais, qui vient d’ouvrir une école de formation à la médecine chinoise à Nancy. « C’est aussi très efficace pour traiter les migraines », assure-t-il.

Hypnose. Les effets secondaires des traitements anticancéreux peuvent être limités par cette technique, admet l’Académie, qui y voit par ailleurs un intérêt dans la
gestion de la douleur chez l’enfant.

 

En gynécologie, l’hypnose comme l’acupuncture sont utilisées pour gérer les douleurs pelviennes, remarque Jean-Yves Fagon de l’AP-HP. « Et, dans les opérations, l’hypnose est largement utilisée en complément des drogues anesthésiantes. »

Ostéopathie, chiropraxie. Douleurs du dos ou du cou, maux de
tête, migraine : les thérapies manuelles peuvent se révéler « bénéfiques », observe l’Académie, tant que les lésions ne sont pas graves. « Les patients qui sont arrivés au seuil maximal d’utilisation de médicaments antalgiques y ont recours. Ça les soulage », observe Jean-Yves Fagon.

Thaï-chi. Effet de mode, s’interroge l’Académie? « Le thaï-chi s’est révélé efficace pour prévenir les chutes chez les personnes âgées », admet l’institution. La pratique de cette gymnastique chinoise apprendrait aux anciens à contrôler leur équilibre.

Les hôpitaux de Paris où 23 praticiens à peine offrent des consultations de médecine complémentaire espèrent le développement de la recherche sur ces thérapies. Et à défaut d’un diplôme universitaire, une initiation en faculté de médecine.

 

 

   

Commenter cet article

Groupe de supervision 14/10/2014 02:24

Je vous félicite pour votre éditorial. c'est un vrai exercice d'écriture. Poursuivez